comment 1

Le Sandroing au Vanuatu, bien plus qu’un dessin

        En 2008, la tradition de dessin sur le sable du Vanuatu se voyait inscrite sur la liste du Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) de l’Unesco. Cette pratique consiste à tracer au doigt et à même le sol une ligne continue, contrainte par un quadrillage de lignes ou de points. C’est l’anthropologue anglais Bernard Deacon1 qui, le premier, s’intéressa à cette tradition en particulier et la documenta, lui donnant le nom de « sand-drawing ». John Layard2 préférait la nommer « tracé sur le sable ». Au cours de cet article nous verrons pourquoi, appliquée à cette coutume qui s’est développée du nord-ouest d’Epi au sud-est des îles Salomon via les îles du centre-nord – où elle a atteint son apogée – et les îles Banks et Torres, la désignation « dessin » peut paraitre réductrice. Plus que de simples motifs décoratifs, on regroupe sous cette appellation une grande variété de tracés remplissant plusieurs fonctions et niveaux de signification ; rituels, mnémotechniques, à fin de communication, humoristiques. Read More

comment 0

The study of techniques in anthropology: a brief introduction

       L’anthropologie des techniques est un pan de la science de l’étude de l’Homme qui s’intéresse à l’Histoire et aux usages des faits techniques en tant qu’actions de l’Homme sur la matière, ce qui en fait une technologie au sens propre du terme1 . Elle concerne, par exemple, l’étude des moyens mis en œuvre et du processus pour abattre un arbre, mais également des problématiques beaucoup plus contemporaines comme le processus d’interaction d’un individu avec un ordinateur lors de sa mise en fonctionnement2. L’intérêt pour l’étude technologique a toujours existé au sein de la discipline, voire même dans certains récits de voyageurs qui précèdent son apparition, cependant elle n’a pas toujours été envisagé avec les mêmes enjeux ni le même intérêt. Read More

comments 2

The origins of anthropology: between racism and colonialism

At the end of the 20th century, anthropologists began to recognise the involvement of their discipline in the domination of other peoples through slavery, imperialism and colonialism. In what way could a discipline that aims to study Man participate in the domination and discrimination of the latter? How could anthropology, in the early stages of its formation, have served a colonial ideology? It is on these questions that this article aims to reflect. But first of all, we need to understand what 'anthropology' means and what the roots of this discipline are. Read More

comment 0

Spear: the story of an Indigenous heritage

* Switch language to english for english version of the article *

Djali wants to understand what it means to be a man. His journey begins in Arnhem Land and takes him to Sydney. Djali’s search for meaning exposes him to the troubled stories of other Indigenous Australian men. He witnesses the indignities and hardships they face as they negotiate life in a contemporary society that ignores their needs. Djali’s challenge is to navigate his way to a state of being that will nourish rather than destroy him.1 Read More

comment 0

The Enlightenment in Tahiti or the story of a tragic misunderstanding

This article is an adaptation of our conference De la Vahiné à Vaiana : mythologies européennes de l'Océanie, des Lumières de la philosophie à celles des projecteurs, which was held at the École du Louvre on 27 March 2019, as part of our partnership with the Bureau Des Élèves de l'École du Louvre for the "Mythes et Légendes" gala.

White sandy beaches, turquoise waters and vahines: these are the few images that come to mind for many of us when we think of Oceania. If the paradisiacal landscapes do exist, what about those famous vahines? Eternally accompanied by her ukulele, following the steps of a lascivious dance... the Polynesian woman as seen in the popular imagination seems to give a foretaste of paradise. Read More

comment 0

À propos du VIH/SIDA, Regard sur la Mélanésie

        L’arrivée dans le Pacifique d’explorateurs, de missionnaires, de colons, de marins, de marchands, de touristes, de chercheurs, de la mondialisation, etc. a naturellement conduit à des modifications dans la vie, les comportements et les pratiques des habitants de l’Océanie. Ces changements ont touché jusqu’aux domaines qui nous semblent les plus intimes, comme celui de la sexualité ; prenons un exemple. Les massues subi étaient utilisées, entre autres, sur l’île de Malaita dans l’archipel des Salomon, en Mélanésie. Selon Pierre Maranda1, « subi » signifie « angle », « coude », mais aussi « clitoris ». Read More

comment 0

Tous les sarcophages n’abritent pas des pharaons

        Les bombes nucléaires américaines tombèrent sur les villes japonaises d’Hiroshima et de Nagasaki le 6 et le 9 août 1945. Elles sonnèrent le glas de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), mais ouvrirent la voie à la Guerre froide (1947-1991) dont les deux protagonistes majeurs furent les États-Unis (E.-U.) et l’URSS. Entre 1945 et 1961, ces deux camps menèrent de nombreuses expérimentations dans le but de détenir en premier la bombe atomique la plus puissante. C’est dans ce contexte que les États-Unis engagèrent, de 1946 à 1958, une soixantaine d’essais nucléaires sur plusieurs atolls des Îles Marshall, archipel micronésien sous le joug américain suite à la victoire des Alliés et ce jusqu’à son indépendance en 1986 1.
CASOAR vous propose aujourd’hui de revenir sur l’une des ruines de ces expériences, le dôme de Runit, situé sur l’atoll d’Enewetak (chaîne de Rālik, République des Îles Marshall, RIM). Read More

comment 0

Le malangan : entre agent et patient

        En 1998, Art and Agency, la théorie sur laquelle Alfred Gell avait travaillé toute sa vie, est publiée un an après la mort de son auteur. Cette théorie allait devenir une des plus marquantes dans le champ de l’anthropologie et de la culture matérielle.
Le concept développé par Gell consistait à « [classifier] toutes les entités du monde entre celles qui « comptent » comme agents et celles qui ne comptent pas ».1 Qu’entendait-il par le terme « agent » ? Read More