0 Commentaire

Les adieux au prince : le culte du prince Philip

Le 9 avril dernier, sa majesté la reine d’Angleterre Elizabeth II annonçait la mort de son époux, le prince Philip, duc d’Edimbourg.1 Les jours suivants, les journaux du monde entier tournaient leur regard vers la couronne d’Angleterre mais aussi, pour certains, vers une île du Pacifique : l’île de Tanna, au Vanuatu. Là, une petite partie des habitants, qui rendait un culte au prince Philip, amorçait également son deuil. Ces événements sont l’occasion pour CASOAR de revenir sur ce culte étonnant. 

Voir plus

0 Commentaire

Cannibale, entre travail d’historien et récit de fiction pour lutter contre l’oubli

En 1998, année même de la signature des accords de Nouméa1 était publiée la première édition de l’ouvrage Cannibale de Didier Daeninckx. Ceci n’est pas anodin car cette publication voit le jour à la suite d’un séjour d’un an de l’auteur en Nouvelle-Calédonie, à un moment où les revendications indépendantistes, opposées à ceux qui soutiennent la présence du gouvernement français sur le territoire, créent un climat de violence politique. Pendant ce séjour, il pose des questions, il observe la situation politique, il se renseigne par des sources écrites autant qu’orales sur la période coloniale et ses conséquences en Nouvelle-Calédonie. Il en ressort une histoire, une histoire oubliée et méconnue, celle des Kanak exhibés dans le bois de Vincennes lors de l’Exposition coloniale de 1931, histoire sombre de Kanak échangés comme des objets ou des animaux contre des crocodiles et envoyés sans leur consentement dans un cirque allemand.

Voir plus

0 Commentaire

Ten Canoes : entre reconstitution historique, mythes et fiction

*Switch language to english for english version of the article*

[Please note: Aboriginal and Torres Strait Islander people should be aware that this article may contain images or names of deceased persons in photographs or printed material.]

Ten Canoes (10 canoës, 150 lances et 3 épouses) est un film sur la Terre d’Arnhem et ses habitants, fait avec eux et en partie par eux et pour eux. C’est aussi un film ambassadeur de la culture aborigène, destiné donc également à un public extérieur à cette culture. C’est une histoire d’amours interdits, de liens fraternels, de kidnapping, de sorcellerie et de vengeance, traitée avec poésie et humour. Bref, c’est une œuvre riche que CASOAR vous recommande à plus d’un titre ! Voir plus