La collection d’art océanien d’Elizabeth Pryce : résultats

    Le 10 octobre dernier, avec près d’un million d’euros, la collection d’art océanien d’Elizabeth Pryce a remporté un grand succès chez Sotheby’s France. 100% des 150 lots proposés ont trouvé acquéreur, faisant de cette session une nouvelle vente en gants blancs après la dispersion de la collection Frum en 2014.

   Les enchérisseurs, collectionneurs émérites et nouveaux acheteurs, sont venus nombreux, séduits par la variété stylistique et le raffinement de cet ensemble ainsi que par les provenances historiques, saluant l’œil d’Elizabeth Pryce. Personnalité essentielle du monde de l’art Océanien, elle fut l’une des fondatrices, puis vice-présidente, de l’Oceanic Art Society de Sydney qui participa pleinement à la reconnaissance et à la promotion de cette spécialité, notamment grâce à des expositions majeures, telle que la fameuse Shields of Melanesia. Constituée durant plus de quarante ans, cette collection nous racontait l’histoire d’un voyage artistique mais aussi culturel, celui d’Elizabeth Pryce qui se rendit plusieurs fois en Papouasie-Nouvelle-Guinée, dans les lieux d’origine de ces créations, afin de mieux les comprendre et de donner un contexte à ses acquisitions.

kvjhkv
© DR Sotheby’s

    Œuvre phare de la vente et icône de l’art de Papouasie-Nouvelle-Guinée, le bouchon de flûte Biwat acquis in situ en 1949 par le peintre australien William Dobell a dépassé son estimation basse de 150 000 € pour atteindre 225 000 €.  Les deux masques acquis dans les années 1970 par Chris Boylan sur l’île de Yuo ont également suscité l’intérêt des enchérisseurs. Le premier au long nez, appelé boirua doublé son estimation basse pour atteindre 35 000 € tandis que le second, natkaram s’est envolé à 52 500 €. Témoins éloquents des échanges traditionnels en Papouasie-Nouvelle-Guinée ils rassemblaient tous les canons des créations de cette région : utilisation des graines,  caractéristiques morphologiques des visages et décor polychrome.

kjvhj
© DR Sotheby’s

      Les boucliers, nombreux dans la collection, ont aussi été honoré : un bouclier Motu de la province centrale de Papouasie-Nouvelle-Guinée a largement dépassé son estimation basse de 2 000 euros pour être adjugé 15 000, tandis que le bouclier emblématique de la région de la Rivière Green, couverture du catalogue Shields of Melanesia s’est vendu 43 750 contre une estimation de 15 000 à 25 000 €.

vjhcvhj
© DR Sotheby’s

     Outre ces œuvres importantes, la collection composée d’un ensemble unique de près de cent cinquante œuvres offrait également un regard exclusif sur l’art océanien, à travers les nombreux objets du quotidien. Ces œuvres ont également remporté un grand succès, notons par exemple une petite tête en pierre des Hautes Terres  estimée  100 – 200 € qui s’est vendue 2 750 € mais surtout un très élégant peigne des Îles Salomon, orné d’une représentation d’oiseau qui a explosé son estimation basse de 2 000 € atteignant  40 000 €.
Avec ces résultats, la vente de la collection Elizabeth Pryce a ainsi réaffirmé la solidité du marché de l’art océanien tant pour les œuvres majeures que pour les pièces plus abordables rendant hommage à la qualité et à la diversité des créations de cette région du globe.

lgfj
© DR Sotheby’s

Pierre Mollfulleda

Image à la une : © DR Sotheby’s

Voir aussi : https://casoar.org/2018/08/29/quand-elizabeth-pryce-arrive-a-paris/

 

 

Politique écologique : les îles Palau montrent la voie

« Par dessus tout, les peuples de Micronésie partagent une compréhension commune de notre unité avec la terre et de nos liens avec nos voisins. Nous sommes engagés envers nos îles, nos peuples, et notre héritage culturel. »1 Lire la suite de “Politique écologique : les îles Palau montrent la voie”

Le musée de Nouvelle-Calédonie : balade historique avant une ultime métamorphose

        Plus ancien musée fondé sur le Caillou, le musée de Nouvelle-Calédonie conserve des collections rassemblées à partir de la fin du XIXème siècle, dont le plus bel ensemble de sculptures et d’objets kanak, avec le musée du quai Branly – Jacques Chirac à Paris et le Museum for Völkerkunde de Bâle. Avant qu’il ne ferme ses portes pour entamer une grande rénovation, CASOAR vous emmène en balade à travers les salles et vitrines de ce musée emblématique de Nouméa. Lire la suite de “Le musée de Nouvelle-Calédonie : balade historique avant une ultime métamorphose”

Le Centre Culturel du Vanuatu – Petite visite dans une grande maison de réunion

« Je voudrais dire que ce musée et ce complexe culturel ne devraient pas seulement être des lieux pour disposer des objets culturels, mais devraient devenir un centre où l’on pourraient venir pour s’inspirer de cette culture mais aussi où l’on viendraient se découvrir soi même… un endroit où la sagesse du passé peut enrichir les Ni-Vanuatais et leur donner les clés afin de devenir de meilleurs citoyens de la nation mais aussi du monde. »1 Lire la suite de “Le Centre Culturel du Vanuatu – Petite visite dans une grande maison de réunion”

Malinowski ou le désamour de la photographie de terrain

     Parler des photographies de terrain de Bronislaw Malinowski paraît tout à fait saugrenu. Sa relation avec la photographie n’est pas très heureuse. Il compare notamment dans son journal de terrain la photographie à une croix monstrueuse sur le mont Golgotha de la vie1. Il est le premier à se détacher de cette pratique ethnographique connaissant un grand développement à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Perçue comme une véritable révolution dans la pratique du terrain, la photographie était employée comme un outil d’objectivation. Faisant perdre à la main son rôle essentiel dans l’élaboration d’un objet2, la photographie permet de fixer une vision du monde à un instant donné. Il s’agit de comprendre pourquoi Malinowski montre un tel désintérêt pour la photographie qui était pourtant fervemment défendue par ses aînés. Lire la suite de “Malinowski ou le désamour de la photographie de terrain”

Martine chez les cannibales : réponse au Point

    « La seule question que puisse se poser l’ethnologue est de savoir ce qu’est le cannibalisme (dans la mesure où il est quelque chose) non pas en soi ou pour nous, mais pour ceux-là seuls qui le pratiquent. »1

Lire la suite de “Martine chez les cannibales : réponse au Point”

La Biennale de Paris et Parcours des Mondes dans l’œil du galeriste Anthony Meyer

       Le mois de septembre amène avec lui deux des plus gros évènements de l’agenda artistique parisien : la Biennale de Paris au Grand Palais, du 8 au 16 septembre 2018, et Parcours des Mondes, dans le quartier des Beaux-Arts à Saint-Germain-des-Prés, du 11 au 16 septembre 2018. À ces occasions, Casoar a rencontré l’un des acteurs majeurs de ces deux évènements, le galeriste d’art océanien et eskimo Anthony Meyer, que vous pouvez retrouver dans sa galerie au 17, rue des Beaux-Arts, dans le 6ème arrondissement parisien, ou sur son site : http://www.meyeroceanic.art/ Lire la suite de “La Biennale de Paris et Parcours des Mondes dans l’œil du galeriste Anthony Meyer”

La collection Elizabeth Pryce arrive à Paris

Qui est Elizabeth Pryce ?

Elizabeth est une pharmacienne australienne qui a découvert les arts d’Afrique et d’Océanie il y a plusieurs années en voyant un masque africain chez un couple d’amis. À partir de ce moment-là, elle a commencé à fréquenter les galeries australiennes, les salles de vente… et à former sa collection d’art Océanien.  Lire la suite de “La collection Elizabeth Pryce arrive à Paris”