Le premier laboratoire de conservation-restauration du Musée du Trocadéro

 «  Logé dans un palais construit pour un tout autre objet, sombre et non chauffé, garni de vitrine improvisées, mal protégées contre la poussière, l’humidité et les insectes, sans salle de manipulation, […] [Le Musée du Trocadéro] donnait l’impression d’un « magasin de bric à brac » ».1

Lire la suite de “Le premier laboratoire de conservation-restauration du Musée du Trocadéro”

Spear : histoire d’un patrimoine indigène

* scroll down for the english version *

Djali veut comprendre ce qu’être un homme veut dire. Son voyage commence en Terre d’Arnhem et l’emmène jusqu’à Sydney. Dans sa quête de sens, Djali s’expose aux histoires tourmentées d’autres hommes aborigènes d’Australie. Il est le témoin des infamies et des difficultés qu’ils doivent affronter alors qu’ils négocient leur vie dans une société qui refuse de reconnaître leurs besoins. Le défi de Djali est de tracer un chemin qui le guide vers une existence qui le nourrisse au lieu de le détruire.1 Lire la suite de “Spear : histoire d’un patrimoine indigène”

La Tortue rouge

       Un homme échoué sur une île pas tout à fait déserte, et qui doit apprendre à survivre dans une nature qu’il ne maîtrise pas ? Non, il ne s’agit pas de La Vie et les aventures étranges et surprenantes de Robinson Crusoé, ni de Vendredi ou les Limbes du Pacifique, mais de l’un des chefs-d’œuvre du cinéma d’animation de ces dernières années : La Tortue rouge. Lire la suite de “La Tortue rouge”

La bascule des montagnes

*Scroll down for the english version*

Cet article a été écrit pour le catalogue de la troisième édition du Bourgogne Tribal Show, 2017. / This article has first been written for the catalogue of the third edition of the Bourgogne Tribal Show, 2017.

    C’est en 1926, qu’un jeune australien, Michael Leahy, 24 ans, débarque pour la première fois en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Il est attiré, comme de nombreux autres, par l’or facile de la mine d’Edie Creek. Loin d’être un El Dorado, l’île est alors un poids pour l’administration australienne des années 1920 qui vient d’hériter de ces terres allemandes suite au traité de Versailles. Le climat chaud et humide de la Nouvelle-Guinée et la prétendue pauvreté de son sol dissuade le gouvernement d’investir dans ce nouveau territoire sous-tutelle dont la seule richesse semble être sa population, devenue une main d’œuvre bon marché pour les planteurs et les mineurs coloniaux. Lire la suite de “La bascule des montagnes”

Matérialisation et représentation du “divin” en Polynésie (Partie 2)

Cet article fait suite à Matérialisation et représentation du “divin” en Polynésie (Partie 1) que vous pouvez retrouver ici.

Un « divin » construit entre terre et mer

      En Polynésie, cette zone géographique complexe et immense, les peuples partagent donc non seulement une histoire commune mais aussi des croyances qui se reflètent d’une île à l’autre et qui semblent provenir de la même origine. Pour mieux comprendre comment les polynésiens représentent mais surtout matérialisent ce ‘divin’ nous allons aujourd’hui nous pencher sur l’origine de ces objets que l’on considère comme des divinités. Lire la suite de “Matérialisation et représentation du “divin” en Polynésie (Partie 2)”

Matérialisation et représentation du “divin” en Polynésie (Partie 1)

       « Mais bien que le peuple supposât que (les dieux) fussent des êtres spirituels, il en fabriquait néanmoins des images, en représentant leurs formes et les emblèmes de leur caractère, comme des véhicules ou des instruments à travers lesquels leurs messages pouvaient être transmis au dieu et celui-ci leur répondre. Les idoles étaient soit des pièces à peine dégrossies de bois d’aito ou arbre de casuarina, enroulées dans de nombreuses épaisseurs de tissu sacré, soit des images de bois grossièrement sculptées, soit des morceaux informes couverts de cordelettes curieusement nattées de bourre de coco finement tressées et ornées de plumes rouges (…) Ils pensaient que le dieu entrait en celles-ci à différentes saisons ou en réponse aux prières des prêtres. Pendant cette habitation des dieux, ils s’imaginaient que les images elles-mêmes devenaient toutes-puissantes. Mais dès que l’esprit était parti, bien qu’elles restent parmi les choses les plus sacrées, elles perdaient tout leur pouvoir surnaturel ».
Ellis, 1972, p. 213. Lire la suite de “Matérialisation et représentation du “divin” en Polynésie (Partie 1)”

Vous avez dit “objet ethnographique” ?

           Parmi les nombreuses catégories à travers lesquelles la culture matérielle du Pacifique a été envisagé par l’Occident, il en est une qui a fait long feu et dont les contours restent pourtant assez flous pour les non-initiés : c’est celle des « objets ethnographiques ». Lire la suite de “Vous avez dit “objet ethnographique” ?”