comment 1

Le cas des « fourchettes cannibales » des îles Fidji : le goût du frisson exotique

CASOAR va aujourd’hui s’intéresser au cas d’un objet connu dans les collections et les salles de vente sous le nom évocateur de « fourchette cannibale » ou bien encore de « fourchette à chair humaine ». Ces objets se retrouvent dans les langues locales sous les noms icula or isaga, icula ni bokola or icula ni bakola ou bien encore bulutoko.1 Elles étaient principalement employées dans les hauteurs au Nord et à l’Ouest de Vitilevu, l’une des deux grandes îles de l’archipel des Fidji, qui fait la jonction entre la Mélanésie à l’Ouest et la Polynésie à l’Est .2 Read More

comment 1

Sacrifice, guerre et meurtre : objets de mort en Polynésie (Partie 2)

Cet article est la suite de Sacrifice, guerre et meurtre : objets de mort en Polynésie  (Partie 1) que vous pouvez retrouver here.

Diversité des Armes : Forme, matériau et ornementation

« Les types d’armes diffèrent d’un archipel à l’autre, cependant d’après les exemples qui nous sont parvenus, il semblerait que les armes étaient principalement individuelles et destinées au combat au corps à corps. Les armes défensives comme le bouclier étaient absentes, et seules les frondes permettaient un combat à distance qui précédait généralement le corps à corps. »
Millaud Hiriata, dir., 2001. Les collections du Musée de Tahiti et des îles. Tahiti, p. 78. Read More

comment 0

T’a(s)pa(s) vu mon tapa ?

        Nous ne vous l’avions pas encore réellement présenté sur CASOAR, il est donc temps aujourd’hui de parler tapa ! Cette étoffe d’écorce est connue dans les îles de Mélanésie, de Polynésie et de Micronésie où elle occupait bien souvent une place majeure dans la vie quotidienne (vêtement, cloison dans les habitations…), dans les échanges, les rituels, etc. Le terme « tapa » est aujourd’hui utilisé pour désigner toutes les étoffes d’écorce du Pacifique, mais l’origine du mot est incertaine…  Read More