0 Commentaire

Les « phantomatiques » boucliers de la Wahgi – Deuxième partie

Presque cinquante ans après que les guerriers du Mont Hagen ont détruit leurs armes par le feu1, la vallée de la Wahgi, dans les Hautes-Terres orientales de Nouvelle-Guinée, voit le nouvel essor des boucliers de guerre qui avaient quasiment cessé d’être construits ou avaient été saisis par les policiers.2 Nous sommes au milieu des années 1980. La région est le théâtre de violents conflits locaux3 qui encouragent la reprise de la production, avec parfois des changements révélateurs dans leur réalisation :

« Si beaucoup des boucliers réinventés étaient à peu près comme leurs prédécesseurs pré-contact m’avaient été décrits, d’autres montraient des changements. Certains étaient d’ordre technique. Le remplacement des haches de pierre par de l’acier a conduit la plupart des hommes à penser que l’ancien tressage de canne ne suffisait plus à protéger la monture de l’élingue d’épaule contre un coup de hache ; des matériaux plus solides (morceaux de métal) ont donc été substitués au tressage de canne ».4

Carte Nouvelle-Guinée, région de la rivière Wahgi. © CASOAR

En plus de changements induits par des raisons guerrières pratiques, les boucliers contemporains de la Wahgi abandonnent l’ocre pour des peintures acryliques, souvent mises en œuvre au pochoir et à la bombe. Si certains motifs restent fidèles à ceux employés dans les années 1930, beaucoup, particulièrement sur les boucliers élaborés par de jeunes gens, innovent de façon significative. À la différence des anciens boucliers qui n’avaient pas de rapports iconiques5 directs avec les combats – tels les motifs « aile de héron » ou « patte de marsupial »6 évoqués dans l’article précédent et prenant la forme de figures géométriques, les nouveaux motifs peuvent être clairement en rapport avec la guerre. On trouve par exemple des représentations de haches ou de lances. Ces images sont directement interprétables de manière iconique, c’est-à-dire avec un rapport de ressemblance directe à l’élément représentant l’idée de la guerre.

On assiste aussi à l’incorporation de mots ou de caractères graphiques sur les boucliers. Parfois les guerriers y inscrivent leurs noms, la date de la bataille, l’avertissement « danger » ou des insultes moqueuses visant à blesser l’adversaire, tel le quolibet « Wahgi fish », poisson de la Wahgi.7 Certains caractères ont une portée plus symbolique, comme le chiffre 7, dont la forme rappelle celle d’une hache, métaphore des guerres intestines. L’inscription « six 2 six »8 (voir l’image à la une) – c’est-à-dire « six to six », de six à six – réfère quant à elle dans toute la Papouasie-Nouvelle-Guinée aux clubs « all-night party », ouverts en théorie de six heures du soir à six heures du matin. En contexte guerrier, elle devient par analogie une allusion à la capacité des hommes à combattre toute la journée sans s’épuiser.9 C’est sur les similitudes de durée et d’endurance qu’on insiste à travers cette métaphore, malgré les contextes très différents.

Autre référence issue de la société de consommation, l’iconographie des commerces, des emballages alimentaires et des publicités est aussi une source d’inspiration majeure pour l’ornement des boucliers.

Bouclier de guerre reprenant le logo et le slogan (« n°1 Bia », « bière numéro 1 » en pidgin) de la principale marque de bière locale, South Pacific lager, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Hautes-Terres orientales, Vallée de la Wahgi, Population Senglap, 1990 – © Michael O’Hanlon, 2006.

Les designs des canettes de bière de la marque hégémonique South Pacific lager sont par exemple fréquemment reproduits sur les boucliers, qu’il s’agisse de leur bière historique (SP lager) à motif de palmier sur fond vert et jaune, de la figure de l’oiseau de Paradis ornant la gamme South Pacific export créée au milieu des années 1980, ou d’un combo des deux.

Capture d’écran du site internet de la brasserie South Pacific lager présentant leurs gammes de produits, 13/12/2020. Si leurs designs ont été rafraichis depuis les années 1980, leur identité visuelle est restée proche de celle d’origine.

Kaipel Ka posant avec son bouclier reproduisant en partie supérieure le design de la gamme South Pacific export et en partie inférieure celui de la gamme SP lager, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Hautes-Terres orientales, Vallée de la Wahgi, Population Senglap,1990 – © Michael O’Hanlon, 2006.

Visuellement, l’iconographie présente sur les canettes s’adapte bien aux grands boucliers de guerre de la Whagi, en raison de la similitude de forme des deux supports.10 Courante à partir des années 1950, la bière atteint en une vingtaine d’années le statut de bien de consommation majeur, pour intervenir dès les années 1970 dans les échanges entre clans.

Kekanem Ond Koi (assis à gauche des cartons) recevant un contre-don composé de cartons de bières, de cigarettes et de nourriture, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Hautes-Terres orientales, Vallée de la Wahgi, 1980 – © Michael O’Hanlon, 2006.

La SP lager a aussi la particularité d’être depuis 195311 la bière officielle de l’équipe nationale de rugby, un sport particulièrement apprécié12 et dont les codes sont également réemployés dans la production des boucliers : unité des boucliers au sein d’une même « équipe » de combattants (voir l’image à la une) là où auparavant on préférait les motifs individualisant chaque guerrier, designs issus de l’univers visuel du rugby13, désignation des différents camps et des batailles selon le champ lexical des tournois sportifs (terme « versus » ou « vs » apposé entre les noms des deux « équipes » guerrières comme sur le bouclier SP lager présenté ci-dessus)…

Bouclier de guerre citant la “Cambridge Cup”, un tournoi national de rugby. On peut aussi y lire l’avertissement « danger », ainsi que la mention de l’escouade du porteur du bouclier, « squad no7 », le chiffre 7, représenté sous la forme d’une hache, étant choisi pour sa similitude avec cette arme. Papouasie-Nouvelle-Guinée, Hautes-Terres orientales, Vallée de la Wahgi, Population Senglap, 1990 – © Michael O’Hanlon, 2006.

Une autre réalité de la consommation de bière en Papouasie-Nouvelle-Guinée est celle de l’addiction et des comportements à risque provoqués par l’alcool. Ainsi la bière trouve sa place légitime sur les armes de défense en tant que cause de la guerre, lorsque les deuils provoqués par les accidents de la route dégénèrent14 ou cherchent leur compensation dans le conflit – le désir de venger les morts précoces étant rappelons-le historiquement une des principales causes des guerres entre clans dans la vallée de la Wahgi.15

« Restez cool, ne buvez pas comme un fou ! », capture d’écran de la page d’accueil du site internet de la brasserie South Pacific lager, 13/12/2020.

En s’intéressant à l’exemple de la bière, on comprend comment le choix d’un design repose sur plusieurs niveaux de significations. Un motif est rarement élu pour une seule raison et peut revêtir, outre des références plus ou moins directes à la guerre, toute une stratigraphie d’allusions et de sens cachés. Inversement, plusieurs motifs d’origines variées peuvent cohabiter sur un même bouclier, comme c’est le cas de ceux visibles sur l’image en une de l’article, sur lesquels les références « six 2 six » aux clubs « all-night party » voisinent les représentations des paradisiers de la bière South Pacific export. Surtout, par l’apposition de dates et de noms, de caractères alphabétiques, d’insultes, par la reproduction et le détournement d’étiquettes de denrées alimentaires, de publicités, les hommes de la Wahgi ont transformé leurs armes grâce à une modalité d’expression radicalement nouvelle : le design graphique16 comme solution de communication visuelle. Michael O’Hanlon résume ainsi comment cette émergence du graphisme accentue l’importance jusqu’ici accordée au motif :

« […] La rencontre avec l’alphabétisation et avec l’iconographie figurative introduit – ou du moins renforce et valorise grandement – la notion puissante selon laquelle les motifs sont signifiants en tant qu’éléments graphiques […]. L'”alphabétisation” et l'”iconographie”, plus généralement contrastées, font ici toutes deux parties d’un processus plus large par lequel les gens deviennent attentifs au potentiel sémantique des éléments graphiques en général ».17

La question de la mortalité routière et de sa responsabilité dans les conflits locaux nous rappelle quant à elle que si les modes de figurations sont nouveaux, les idées exprimées par le design des boucliers les plus récents sont familières, et communes à celles gravitant autour de la production de boucliers dans la première moitié du XXème siècle. L’usage du design graphique comme mode d’expression privilégié constitue alors un moyen de « réexprimer distinctement des problématiques locales ».18 Mais, se demanderont les lecteurs les plus tatillons, quel rapport au juste avec le superhéros The Phantom, dont la présence a pourtant été promise dès le titre de l’article ? Patience ! Son rôle dans la réexpression des problématiques propres à la vallée de la Wahgi sera l’objet du troisième article de cette série.

Margot Duband 

Image à la une : Groupe d’homme présentant leurs boucliers de type «six 2 six », Papouasie-Nouvelle-Guinée, Hautes-Terres orientales, Vallée de la Wahgi, 1990 – © Michael O’Hanlon, 2006. Ce design incarne une inversion de la sociabilité habituellement exprimée par l’expression «six to six».

1 DUBAND, M., 2020. « Les « phantomatiques » boucliers de la Wahgi – Première partie ». CASOAR. https://casoar.org/2020/10/07/les-phantomatiques-boucliers-de-la-wahgi-premiere-partie/, dernière consultation le 13 décembre 2020.

2 O’Hanlon, M., 2006 [1995]. « Modernity and the “Graphicalization” of the Meaning New Guinea Highland Shield Design in Historical Perspective». In The Anthropology of Art: a Reader. Malden, Blackwell Publishing, pp. 387-406.

3 Les exemples de boucliers sites dans cet article sont principalement issus du travail de terrain de Michael O’hanlon, qui a étudié en particulier les boucliers utilisés dans la guerre de 1986 entre les konumbka d’un côté et les Koleka de l’aitre, et dans les deux guerre de 1989 entre les Senglap et les dange sur le versantnord de la vallée de la Wahgi, et entre les Konumbka et les Kondika sur le versant sud. O’Hanlon, M., 2006 [1995]. « Modernity and the “Graphicalization” of the Meaning New Guinea Highland Shield Design in Historical Perspective». In The Anthropology of Art: a Reader. Malden, Blackwell Publishing, pp. 387-406.

4 « While many of the reinvented shields were much as their pre-contact predecessors had been described to me, others showed changes. Some of these were technical. The replacement of stone axes by steel led most men to feel that the older cane mesh was no longer sufficient to protect the shoulder-sling mounting from an axe blow; stouter materials (pieces of metal) were therefore substituted for cane mesh ». O’Hanlon, M., 2006 [1995]. « Modernity and the “Graphicalization” of the Meaning New Guinea Highland Shield Design in Historical Perspective». In The Anthropology of Art: a Reader. Malden, Blackwell Publishing, p. 395. Traduction personnelle.

5 Selon la théorie de Peirce, un signe renvoie à son objet de façon iconique lorsqu’il ressemble à son objet. Voir PEIRCE C. S., 1978. Écrits sur le signe (rassemblés, traduits et commentés par G. Deledalle). Paris, Seuil.

6 DUBAND, M., 2020. « Les « phantomatiques » boucliers de la Wahgi – Première partie ». CASOAR. https://casoar.org/2020/10/07/les-phantomatiques-boucliers-de-la-wahgi-premiere-partie/, dernière consultation le 13 décembre 2020.

7 O’Hanlon, M., 2006 [1995]. « Modernity and the “Graphicalization” of the Meaning New Guinea Highland Shield Design in Historical Perspective». In The Anthropology of Art: a Reader. Malden, Blackwell Publishing, p. 396.

8 On trouve aussi les graphies «6 two 6» et « 626 ».

9 O’Hanlon, M., 2006 [1995]. « Modernity and the “Graphicalization” of the Meaning New Guinea Highland Shield Design in Historical Perspective». In The Anthropology of Art: a Reader. Malden, Blackwell Publishing, p. 397.

10 O’Hanlon, M., 2006 [1995]. « Modernity and the “Graphicalization” of the Meaning New Guinea Highland Shield Design in Historical Perspective». In The Anthropology of Art: a Reader. Malden, Blackwell Publishing, p. 399.

11 https://www.sp.com.pg/, dernière consultation le 13 décembre 2020.

12 Les Papouans-Néo-Guinéens sont parfois décrits comme étant les plus passionés supporters de rugby à travers le monde. FOX, L., 2010. « Rugby League… PNG style ». Correspondents Report. Australia: ABC.
http://www.abc.net.au/correspondents/content/2010/s3027871.htm

13 O’Hanlon, M., 2006 [1995]. « Modernity and the “Graphicalization” of the Meaning New Guinea Highland Shield Design in Historical Perspective». In The Anthropology of Art: a Reader. Malden, Blackwell Publishing, p. 397.

14 O’Hanlon, M., 2006 [1995]. « Modernity and the “Graphicalization” of the Meaning New Guinea Highland Shield Design in Historical Perspective». In The Anthropology of Art: a Reader. Malden, Blackwell Publishing, pp. 398-399.

15 DUBAND, M., 2020. « Les « phantomatiques » boucliers de la Wahgi – Première partie ». CASOAR. https://casoar.org/2020/10/07/les-phantomatiques-boucliers-de-la-wahgi-premiere-partie/, dernière consultation le 13 décembre 2020.

16 Le design graphique, ou graphisme, est cette discipline mettant en œuvre des éléments graphiques (caractères typographiques, images, couleurs mais aussi éléments de mise en page) à des fins de communication dans le but d’informer des usagers ou de promouvoir un produit.

17 « […] the encounter with literacy and with figurative iconography introduces –or at least greatly boost and valorizes –the potent notion that motifs are significant by virtue of being graphical marks […].’literacy’ and ‘iconography’, more usually contrasted, are here both part of a broader process whereby people become attended to the semantic potential of graphical marks in general». O’Hanlon, M., 2006 [1995]. « Modernity and the “Graphicalization” of the Meaning New Guinea Highland Shield Design in Historical Perspective». In The Anthropology of Art: a Reader. Malden, Blackwell Publishing, p. 397. Traduction personnelle.

18 « re-express distinctively local issues ». O’Hanlon, M., 2006 [1995]. « Modernity and the “Graphicalization” of the Meaning New Guinea Highland Shield Design in Historical Perspective». In The Anthropology of Art, a Reader. Malden, Blackwell Publishing, p. 401. Traduction personnelle.

Bibliographie :

Écrire un commentaire


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.