0 Commentaire

Les masques en écaille de tortue du Détroit de Torres

       Aujourd’hui, CASOAR a décidé de se pencher sur les surprenants masques en écaille de tortue de l’archipel du Détroit de Torres, à présent politiquement rattaché à l’Australie.
Cette région se situe entre la pointe du Cap York du Nord de l’Australie et la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Dès 1606, le navire allemand Dyfken « découvre » l’existence de l’archipel. Quelques mois plus tard, Luiz Baes de Torres, qui lui donnera son nom, le traverse avec deux navires. L’un des capitaines, Diego de Prado, remarque l’existence des masques en écaille de tortue. En 1777, James Cook prend possession des terres pour la Couronne anglaise. Un siècle plus tard, en 1871, la London Missionary Society s’installe à Erub, une île de la région orientale. Dans les mêmes années, l’administration australienne interdit toutes les cérémonies. Enfin, en 1888 et en 1898, le biologiste et ethnologue Alfred Cort Haddon se rend dans le Détroit de Torres, à Mabuiag (à l’Ouest de l’archipel). Bien qu’il s’intéressât d’abord à la biologie marine, il entreprit aussi de nombreux travaux à propos des productions et des pratiques artistiques locales. Il rapporta d’ailleurs un nombre important d’objets, aujourd’hui conservés au British Museum et surtout au Museum of Archeology and Anthropology de Cambridge. Voir plus

0 Commentaire

George Nuku : Message in a Bottle

 

Fin du XVème siècle :
Les Occidentaux « découvrent » l’Amérique. Ce Nouveau Monde devient celui de tous les fantasmes. Les récits des marins et autres chanceux partis à sa rencontre alimentent un nouvel imaginaire. Celui-ci décrit un monde riche et fertile. Mais il est aussi peuplé d’individus dont on questionne l’humanité et d’étranges chimères aux yeux du Vieux Monde. 

Voir plus

commentaires

Cook, l’escroc du Pacifique

*Switch language to english for english version of the article*

     Mythe : « une histoire très répandue ; une idée fausse ; une fausse représentation de la vérité ; une conception exagérée ou idéalisée ».1 Le mythe dont nous allons parler est le mythe colonial de la « découverte » de l’océan Pacifique – l’Australie et la Nouvelle-Zélande étant au cœur de cette étude. Voir plus

0 Commentaire

APT9 : Une Triennale pour l’art contemporain d’Asie et du Pacifique

      Depuis 1993, la Queensland Art Gallery | Gallery of Modern Arts (QAGOMA) de Brisbane a instauré un rendez-vous devenu incontournable pour l’art contemporain du Pacifique : la Triennale Asie-Pacifique, Asia-Pacific Triennal (ou APT) en anglais. Le but de cette manifestation, qui intègre à la fois une importante exposition, un programme de projections de films, des performances et un projet de parcours enfants, est de mettre en lumière ces régions souvent méconnues ou oubliées dans le domaine de l’art contemporain. La démarche des APT de relier les îles du Pacifique et l’Asie n’est pas anodin. La neuvième édition des APT vient de fermer, mais CASOAR a eu la chance de la visiter et vous en a livre un petit aperçu. Voir plus

commentaires

Esnaar le pays des merveilles, Aloï Pilioko et Nicolaï Michoutouchkine

C’est presque comme un rêve…

       … Vous prenez l’avion pour Efate, au Vanuatu. Ensuite, depuis Port-Vila, rejoignez Pango Road pour arriver à Esnaar sur les rives du lagon d’Erakor. Entrez sur le chemin bordé d’arbres et remontez le, jusqu’à atteindre une grande bâtisse auréolée de pandanus et de cocotiers. La maison est presque entièrement jaune mais on distingue de-ci de-là les personnages et les animaux si spécifiques du style d’Aloï. Au bord du bassin sont scellés à jamais dans du béton des bouteilles de vodka ou de vin, des fers à repasser et la sculpture d’un ange. Vous frôlez un Bouddha et marchez sous un tissu imprimé sur lequel vous pouvez lire « Russia-Vanuatu 1809-2009 ». Vous avez presque les pieds dans l’eau, un chat passe. Voir plus

commentaires

L’art aborigène contre les filets fantômes : interview de Stéphane Jacob sur les sculptures Ghostnets

     Stéphane Jacob est à la tête de la galerie Arts d’Australie – Stéphane Jacob. (http://www.artsdaustralie.com/) Il a gracieusement accepté de me recevoir dans son appartement à Paris, qui est aussi son lieu de travail. J’ai hâte d’échanger avec lui au sujet des fascinantes sculptures ghostnets en filet de pêche, qui lient à la fois le monde de l’art aborigène et la défense de la faune marine. Nous commençons l’interview. Voir plus

0 Commentaire

Femmes du Pacifique : les Pacific Sisters

     Le 17 mars, le musée Te Papa Tongarewa a inauguré sa nouvelle galerie Toi Art consacrée aux arts du Pacifique par une exposition intitulée « Pacific Sisters : Fashion Activists ». Consacrée au collectif des Pacific Sisters, cette exposition entend offrir une vue rétrospective de leur travail, l’occasion pour Casoar de vous faire découvrir cette entité majeure de l’art contemporain du Pacifique.

Voir plus