0 Commentaire

Qui de l’œuf ou de l’émeu ? À la découverte de l’orfèvrerie coloniale australienne

       C’est un fait bien connu, les émeus pondent des œufs d’une taille impressionnante : 13 à 14 cm de long pour environ 900g. De quoi faire une omelette avantageuse ! La passion qu’ont brièvement inspiré ces œufs à l’aristocratie australienne de la fin du XIXème siècle ne doit pourtant rien à leurs qualités culinaires.

Voir plus

1 Commentaire

Un pont entre deux pays : la Commande Publique d’Art Aborigène au musée du quai Branly

              Laissez-moi vous compter l’histoire d’une des grandes oubliées du musée du quai Branly, la Commande d’Art Publique Aborigène. Bien que largement mise à l’honneur lors de l’ouverture du musée en 2006, cette collection d’œuvres aborigènes contemporaines fait désormais « partie des murs », au sens propre comme au figuré. Voir plus

0 Commentaire

Rêves aborigènes à la maison des arts d’Antony

        Du 13 février au 31 mars 2019 se tient à la maison des arts d’Antony l’exposition  Rêves aborigènes et insulaires d’Australie consacrée à l’art contemporain de cette région1. À cette occasion, la maison des arts expose 45 œuvres de la galerie parisienne « Arts d’Australie – Stéphane Jacob » ainsi qu’une sélection du fond de l’Ambassade d’Australie en France2. CASOAR profite de son escapade pour revenir, après la danse et la peinture corporelle, sur un autre aspect des cultures Aborigènes : la peinture et la sculpture contemporaine. Voir plus

0 Commentaire

De la France d’Outre-mer au quai Branly : histoire d’une collection de “Peintures des lointains”

    Pour son exposition actuelle sur la mezzanine ouest, dédiée à des présentations longues de douze à dix-huit mois sur des sujets généralement thématiques et invitant à croiser les disciplines, le musée du quai Branly – Jacques Chirac s’est cette fois attaché à une partie de ses œuvres moins connues du public. Peintures des lointains vise à mettre en valeur la collection de peintures conservées par l’unité patrimoniale « Mondialisation historique et contemporaine » dont Sarah Lignier est la responsable, ainsi que commissaire de l’exposition. Voir plus

1 Commentaire

À la recherche du “sublime poétique” : les surréalistes et les arts d’Océanie

     « Océanie… de quel prestige ce mot n’aura-t-il pas joui dans le Surréalisme. Il aura été un des grands éclusiers de notre cœur ».1 Ainsi s’ouvre le catalogue de l’exposition Océanie organisée en 1948 par les surréalistes à la galerie André Olive à Paris. Ces mots d’André Breton témoignent d’une histoire de désir et d’admiration qui dure depuis les origines du mouvement, entre recherche effrénée d’objets dans tous les ports d’Europe et hommages littéraires et artistiques. Une histoire d’Amour Fou en somme. Voir plus