0 Commentaire

Louise Michel et les Kanaks (2/2) – écrire la légende et faire converger les luttes

Après l’écrasement de la Commune insurrectionnelle de Paris, 4500 Communards sont déportés en Nouvelle-Calédonie, dont 25 femmes.1 Parmi elles, Louise Michel, sur qui pèsent sept chefs d’accusation : « 1 – attentat ayant pour but de changer le gouvernement ; 2 – excitation à la guerre civile ; 3 – port d’armes apparentes et d’uniforme militaire ; usage de ses armes ; 4 – faux en écriture ; 5 – usage de faux ; 6 – complicité, par provocation et machination, d’assassinat de personnes retenues, soi-disant, comme otages par la Commune ; 7 – complicité d’arrestations illégales, suivies de tortures et de mort »2 (le Conseil de guerre ne retiendra cependant que la charge numéro 3). En août 1873, après vingt mois passés à la prison de l’Abbaye d’Auberive (Haute-Marne), elle est embarquée à destination de la Nouvelle-Calédonie. Au cours des quatre mois que dure le voyage, Louise Michel, jusqu’alors socialiste blanquiste3, est convertie aux thèses anarchistes4 par Nathalie Lemel (1827-1921)5, autre grande figure de la Commune de Paris. Le 14 décembre 1873, elles sont débarquées à la presqu’île Ducos, dédiée à la déportation en enceinte fortifiée, où elles partageront la même cabane. Voir plus

0 Commentaire

La dégradation des sculptures du parlement : retour sur un épisode iconoclaste en Papouasie-Nouvelle-Guinée

En décembre 2013, le président du parlement néo-guinéen, Theodore Zibang Zurenuoc, cause une vive émotion dans le pays. Armé d’une hache, il s’attaque au linteau ornant le fronton du parlement, endommageant de façon irréversible les sculptures qui le composent. Si de nombreuses voix s’élèvent alors en Papouasie-Nouvelle-Guinée pour commenter cet épisode, toutes ne s’opposent pas aux actions du président, mettant ainsi en lumière les débats qui agitent le pays et son rapport au christianisme. Voir plus

0 Commentaire

Breath of life (la vie n’est qu’un souffle) à la fondation Opale

*Switch language to english for english version of the article*

Il est difficile de passer par hasard à la Fondation Opale ! Juchée à 1100 mètres d’altitude dans un village des Alpes suisses, il faut d’abord en passer par quelques virages en épingle pour finalement arriver à destination : la commune valaisanne de Lens. Avant même d’entrer dans le Centre d’art, le visiteur peut en apprécier le cadre naturel; la vallée du Rhône en contrebas, des sommets enneigés à l’horizon et leurs reflets dans lac de Louché, qui borde la Fondation. 

Voir plus

0 Commentaire

Tupuna, de Moearii Darius : regards multiples sur l’Histoire, message d’espoir pour la culture et le patrimoine polynésien

« Aucun homme, pourtant, ne saurait vivre normalement en étant coupé des racines de son passé, il n’en est pas autrement des sociétés ».1

Ce constat de José Garanger, archéologue, professeur à l’université Paris I qui orchestra des fouilles en Polynésie avec ses étudiants, pourrait être le leitmotiv de Moearii Darius, au cours de son long projet (plus de dix ans) de documentation puis d’écriture de l’ouvrage Tupuna, Voyage sur les Traces des Ancêtres à Tahiti et dans les îles, publié en 2021 chez Au vent des îles. Voir plus

0 Commentaire

Le Humboldt Forum est-il vraiment si catastrophique ?

*Switch language to english for english version of the article*

Vendredi 26 novembre 2021. Je suis à Berlin (Allemagne) pour un voyage de recherche lié à mon projet de thèse et le premier endroit que je vais visiter est le Humboldt Forum : le musée nouvellement construit et ouvert au centre de Berlin, sur l’île des musées. Depuis des mois, je suivais l’affaire de la réouverture du Humboldt Forum qui avait pour sûr fait du bruit dans le monde des musées et qui a été, depuis le projet de sa création, un projet très controversé. Voir plus

1 Commentaire

Maro ‘Ura. Un trésor polynésien : la mystérieuse trajectoire d’un objet sacré

*Switch language to english for english version of the article*

Vous les avez peut-être vues, ces intrigantes affiches dans les rues de Paris : du bleu, du jaune, un objet non identifié qui occupe l’espace, et ce mot tout autant inconnu pour la majorité d’entre nous : « Maro ’Ura ». Tout au plus, le sous-titre nous aide à y voir plus clair : “un trésor polynésien”. Nouvelle surprise : comment cet objet, qui semble si vieux, si abîmé, et dont on a du mal à distinguer l’utilité, peut-il être un “trésor” ? Voir plus

0 Commentaire

Tanna : Roméo et Juliette sous les tropiques ?

*Switch language to english for english version of the article*

Les fictions mettant en scène le monde océanien qui parviennent à se faire une place dans les salles obscures à l’international se comptent presque sur les doigts d’une main : parmi elles, le très joli The Whale Rider de Niki Caro (dont nous parlons ici) ou encore Tanna de Bentley Dean et Martin Butler auquel est dédié l’article du jour. 

Voir plus

0 Commentaire

L’œuvre de Behrouz Boochani : comment représenter la souffrance ?

*Switch language to english for english version of the article*

« Comment puis-je décrire la souffrance d’un père qui est séparé de sa femme et de ses enfants pendant six ans ?
Comment puis-je décrire une mère qui voit ses petits enfants grandir pendant six ans dans un camp de prisonniers ?
Comment puis-je décrire un jeune homme qui était plein de vie mais qui a perdu la possibilité de poursuivre ses études, de trouver l’amour, qui a perdu sa santé, sa famille, son espoir, qui a perdu de nombreuses opportunités que vous considérez comme acquises ? »1
Behrouz Boochani, TedxSydney L’écriture est un acte de résistance.

Voir plus