comment 0

Du Queensland à la South Sea Evangelical Church : une mission évangéliste aux îles Salomon (Deuxième Partie)

En 1901, le Commonwealth Restricted Immigration Act prive la Queensland Kanaka Mission (QKM) de sa raison d’être en interdisant le recours à des travailleurs étrangers dans les plantations australiennes. Les missionnaires se trouvent alors face à la question du devenir des convertis chrétiens une fois rentrés dans leurs archipels d’origine. La situation des îles Salomon apparaît particulièrement préoccupante à leurs yeux car il n’existe encore quasiment aucune présence chrétienne dans l’archipel à cette époque et donc aucune église pour accueillir les nouveaux chrétiens. C’est ainsi que, depuis l’Australie, la QKM va se tourner vers les îles Salomon.
Read More

comment 0

Du Queensland à la South Sea Evangelical Church : une mission évangéliste aux îles Salomon (Première Partie)

Les missions chrétiennes sont intervenues très tôt dans l’histoire de la colonisation du Pacifique. Dès la fin du XVIIIème siècle, la conversion des populations locales a constitué un enjeu fort pour les églises occidentales. Elle est alors perçue comme une mission divine : « sauver » les âmes des « païens » de l’emprise de fausses divinités. L’entreprise d’évangélisation, intimement associée au processus colonial, a été menée à la fois par des organisations religieuses de taille importante, comme la London Missionary Society en Polynésie ou l’église catholique à travers par exemple la Congrégation des Sacrés Coeurs de Jésus et Marie à Mangareva, mais aussi par une multitude de missions moins connues souvent issues des courants protestants du christianisme. Parmi elle, une église va particulièrement marquer l’histoire de l’archipel des îles Salomon jusqu’à aujourd’hui : la South Sea Evangelical Mission.  Read More

comment 0

From Exotic Curiosities to Primitivism

*Switch language to english for english version of the article*

This article was first written for the catalogue of the Bourgogne Tribal show's third edition in 2018.

"You walk towards Auteuil you want to go home on foot
To sleep among your Oceanic and Guinean fetishes
They are Christs of another shape and another creed."
Guillaume Apolinaire, « Zone », 1913.

These lines by poet Guillaume Apollinaire testify to his early interest in non-European art. The year was 1913, on the eve of the First World War, and his famous collection of poems Alcools, had just been published. Apollinaire did not know then that the West was about to change the way it looked at Pacific objects. This metamorphosis would deeply mark the history of the arts and ethnographic museums. Read More

comment 1

Terrible Jungle : Lévi-Strauss est mort ce soir

      Avions-nous vraiment beaucoup d’espoir en nous rendant dans cette obscure salle de cinéma, voir Terrible Jungle, l’un des derniers-nés du cinéma français ? Peut-être pas. La bande-annonce ne nous avait, certes, pas franchement conquis – même si, nous devons bien l’admettre, nous avions ri à la blague évoquant les revenus, ou plutôt les non-revenus de l’anthropologue. Mais CASOAR ne pouvait rater un des rares films mettant en scène l’anthropologie ! C’est à ce titre que nous vous proposons cet article, et non pas en tant que spécialistes de la Guyane française ou du cinéma. Read More

comment 0

Qui de l’œuf ou de l’émeu ? À la découverte de l’orfèvrerie coloniale australienne

       C’est un fait bien connu, les émeus pondent des œufs d’une taille impressionnante : 13 à 14 cm de long pour environ 900g. De quoi faire une omelette avantageuse ! La passion qu’ont brièvement inspiré ces œufs à l’aristocratie australienne de la fin du XIXème siècle ne doit pourtant rien à leurs qualités culinaires.

Read More

comment 0

Le réveil des armures des Kiribati

      Ceux d’entre vous qui sont familiers du Pacifique savent bien qu’avec de la noix de coco on peut tout faire. Tout ? Oui tout ! Du récipient à la cuisine en passant par des cordages et même des armures. Oui, vous avez bien lu, des armures. Ces objets singuliers étaient fabriqués principalement à partir de bourre de noix de coco tressée dans l’archipel des Kiribati. Aujourd’hui, ils sont l’un des principaux symboles culturels de la région.

Read More

comment 0

Moa & Cie : drôles d’oiseaux disparus du Pacifique (Partie 3)

[Cette article est la suite de Moa & Cie : drôles d’oiseaux disparus du Pacifique (Partie 1) et de Moa & Cie : drôles d’oiseaux disparus du Pacifique (Partie 2) . Pour une meilleure compréhension du propos, nous conseillons aux lecteurs qui ne l’auraient pas déjà fait d’aller d’abord lire la première et la deuxième partie]

   Après avoir exploré la Nouvelle-Zélande et la Nouvelle-Calédonie, c’est en Australie que nous terminons notre périple sur les traces des grands oiseaux disparus du Pacifique, il y a quelques 55 millions d’années.

Read More

comment 0

Moa & Cie : drôles d’oiseaux disparus du Pacifique (Partie 2)

[Cette article est la suite directe de Moa & Cie : drôles d’oiseaux disparus du Pacifique (Partie 1). Pour une meilleure compréhension du propos, nous conseillons aux lecteurs qui ne l’auraient pas déjà fait d’aller d’abord lire la première partie]

      Nous avions laissé nos moa alors qu’ils parcouraient encore librement les forêts de Nouvelle-Zélande et nos paléontologues en proie au doute quant-à pourquoi ils ne les parcouraient plus aujourd’hui. L’heure est maintenant venue d’éclaircir les raisons de la disparition de nos grands oiseaux préférés.

Read More

comments 2

Moa & Cie : drôles d’oiseaux disparus du Pacifique (Partie 1)

   Sur une photographie aujourd’hui célèbre, un homme au visage émacié, vêtu d’une toge universitaire et d’une curieuse écharpe à pompons, pose fièrement. Sa main non gantée repose en un geste propriétaire sur le squelette d’un animal sans ailes haut de trois mètres. Cet homme à l’air peu commode, c’est Richard Owen, un paléontologue britannique du XIXème siècle, célèbre, entre autres choses, pour avoir inventé le mot « dinosaure ». Il pose ici aux côtés du squelette d’un moa, un oiseau endémique à la Nouvelle-Zélande, éteint avant l’arrivée des Occidentaux.

Read More

comment 0

Le guide du routard ontologique

      La vulgarisation n’a pas toujours bonne presse auprès des anthropologues mais que celui qui n’a jamais eu envie de crier « Kamoulox » au milieu d’une de ces phrases où Philippe Descola parvient à caser à la fois les termes « ontogenèse » et « solipsisme » me jette la première pierre. Car si nous sommes convaincus chez Casoar que l’anthropologie est bonne pour la santé, elle est souvent bien difficile d’accès pour les non spécialistes et constitue aux yeux de beaucoup une discipline d’initiés, peu accueillante. Pourtant, aujourd’hui plus que jamais, l’anthropologie est nécessaire, vitale même, pour nous permettre de penser le monde qui nous entoure. C’est pourquoi Casoar a décidé de s’attaquer aujourd’hui avec vous à une question particulièrement épineuse et complexe mais ô combien riche d’enseignements : le tournant ontologique.

Read More